Exotisme
Exotisme

Mickaël Serré/Karine Germaix


Douce et sensuelle tendresse
Envol
Tel un coléoptère oisif
Qui furtivement
Emmène
Un nectar inconnu
Vers son nid de repos

Balancement des hanches
Dont l’écorce étonnante
Emporte mon esprit
Telle une caresse chaude
Vers de lointains rivages

Baiser solarisé
Parfum de femme aimée
Qui comme un vent serein
Berce d’un souffle nu
Ma tristesse effroyable
Jusqu’à l’anesthésier

Oscillations
Oscillations


La Fièvre
La fièvre


laissez-moi raconter
comment elle est monté
et laissez-moi vous dire
que je n'ai pas résisté
à la fièvre

j'étais son étoile vive
son amante solaire
jalouse et maladive
quand la fièvre est montée
j'ai chuté aux Enfers
où vont les sanguinaires
quand leur sang a tourné

laissez-moi raconter
comment elle est monté
et laissez-moi vous dire
que je n'ai pas résisté
àla fièvre

L'atmosphère électrique
d'une passion orgeuse
fit éclater ma rage
et fit parler le sang
Dans un ultime élan
il me rendit son âme
L'amour fût trop violent

laissez-moi raconter
comment elle est monté
et laissez-moi vous dire
que je n'ai pas résisté
à la fièvre

Il m'a dit : j'ai trop pris
de ces coups de soleil
j'en ai pris trop je saigne
et je tourne de l'oeil

Il m'a dit : j'ai trop pris
de coups et j'ai sommeil
j'en ai pris trop d'un coup
Adieu car je m'en vais

alors il est parti
et puis la fièvre
aussi.
Escarboucle
Escarboucle

Novalis/Karine Germaix

Poèmes extraits d'Henri d'Ofterdingen

Il y a dans la pierre un signe enigmatique
Gravé dans le profond de son sang flamboyant;
Aussi bien avec elle entre en comparaison
Le coeur où reste le portrait de l'inconnue.
Mille feux jaillissants auréolent la pierre,
Des ondes de lumières autour du coeur s'agitent;
Au fond d'elle est logé l'éclat de sa splendeur,
Mais lui, ce coeur au coeur va-t-il l'avoir aussi?

Calamity Jane
Calamity Jane


Chanson Nue
Chanson Nue

Mickaël Serré/Karine Germaix


C'est une chanson nue
Qui s'effeuille de ses mots
Une Eve évanescente
Qui n'a plus rien à dire

C'est une chanson nue (bis)

C'est une chanson nue
Infiniment dénuée
De sens et d'intention
Que je chante pour toi

C'est une chanson nue (bis)

C'est une chanson nue
Sans âme et sans substance
Flottant dans le néant
De son absence même

C'est une chanson nue (bis)

Mais cette une chanson nue
A l'image de ma vie
Je veux qu'elle devienne l'air
Qui trotte dans ta tête

C'est une chanson nue (bis)

Puisse cet air de vide
Emplir tes poumons
Et que cette chanson nue
Se glisse au fond de toi

Et te rappelle à moi (bis)

Rouille
Rouille


Le Fantôme du Corridor
Le fantôme
du corridor

Mickaël Serré/Karine Germaix


Je suis le fantôme du corridor
Et tu as troublé mon sommeil
Quand c’est ainsi je suis alors
D’une colère sans pareille

J’invoque les esprits maléfiques
J’ordonne la foudre et les éclairs
Et sur toi s’abat mon courroux
En un déluge de tonnerre

A moi les démons invisibles
Les spectres et les esprits nuisibles
Toutes les âmes diaboliques
S’unissent en un torrent de boue

Et happé dans ce tourbillon
Là, tu regrettes cette imprudence
Qui m’a réveillé sans raison
Et te plonge dans la démence

Tu es le fantôme du corridor
Et qui a troublé ton sommeil ?
Quand c’est ainsi tu es alors
D’une colère sans pareille…

Tu deviens comme nous, à présent
Car cela est notre pouvoir :
Un fantôme vengeur et errant
Dans ce long corridor noir…